Par décision de justice, sept éoliennes doivent être démantelées en France

Le démantèlement représente des charges que les promoteurs n’ont pas pu – ou voulu – provisionner.

Et la justice demande non seulement la suppression de mâts et des turbines, mais également l’élimination des pales, ainsi que l’excavation des socles. Ce qui n’avait été jusqu’à ce jour jamais concrètement envisagé.

Il eut mieux valu réfléchir à tête reposée avant de se lancer dans des projets inconsidérés.

Un nouveau site Internet pour « QUE DU VENT ! »


Le projet EolJorat-Nord perd régulièrement des plumes.
Mais l’expérience montre qu’une vigilance de tous les instants est nécessaire si l’on veut préserver notre belle région du Jorat de l’industrialisation éolienne.
Il faut surtout que les habitants prennent conscience des conséquences possibles de l’implantation d’éoliennes de 200 m. de haut dans nos forêts et qu’ils se mobilisent pour l’éviter à tout prix.

Temps présent aborde la question éolienne sans complaisance

Jeudi 3 décembre 2020, “Temps Présent” a fait fort en traitant la question des éoliennes avec un titre prometteur : « Eoliennes et si on nous vendait du vent ? ».

Nous pouvons être contents de la RTS qui a diffusé jeudi 3 décembre 2020 un reportage équilibré dans “Temps Présent”. Il pose les bonnes questions sur les aspects économiques de l’éolien. Il reprend largement des images du film de Paysage Libre sur les projets du Jorat.

Pour visionner l’émission : cliquez sur le lien ou sur l’image https://www.rts.ch/play/tv/temps-present/video/eoliennes-et-si-on-nous-vendait-du-vent-?urn=urn:rts:video:11799749.

https://www.rts.ch/play/tv/temps-present/video/eoliennes-et-si-on-nous-vendait-du-vent-?urn=urn:rts:video:11799749

Le conseil communal sort Froideville du projet EolJorat-Nord

Dans sa séance du mardi 23 juin 2020, le Conseil communal de Froideville a voté une motion contraignante. Celle-ci impose un moratoire de 10 ans. De plus, elle contraint la Municipalité à s’opposer à toute construction d’éoliennes sur les territoires voisins qui pourraient avoir un impact sur la commune.

Le parc éolien de EolJorat est ainsi fortement compromis puisqu’il n’aura plus que trois éoliennes sur les quatre actuellement prévues. Dès lors, il y a peu de chances qu’il atteigne la production minimale de 20 GWh par an, exigée par la Confédération.

Les éoliennes d’EolJorat-Sud vues depuis Froideville

Ce sont des membres du Conseil communal qui ont préparé et fait accepter cette motion acceptée à une large majorité de 27 oui contre 4 non ainsi qu’un certain nombre d’abstentions. Dès lors, la commune de Froideville étant bien obligée de se retirer du projet des quatre éoliennes prévues, les trois qui restent auront de la peine à atteindre ensemble la production annuelle de 20 GWh exigée par la Confédération.

Le projet EolJorat-Nord est donc fortement compromis. De plus, les autorités de Froideville seront contraintes de s’opposer à la construction des éoliennes des projets environnants qui pourraient avoir un impact sur les habitants du village. Cela concerne évidemment EolJorat-Sud qui est actuellement en procédure au Tribunal fédéral mais qui, même en cas d’acceptation par ce dernier, devrait encore mettre à l’enquête de construction ses huit éoliennes dont au moins quatre d’entre elles sont visibles de Froideville.

Energie locale et nationale… Vraiment ?

Le projet éolien de Crêt Meuron, juste au-dessus de la Chaux-de-Fonds est à deux pas de la Vue des Alpes. Ses promoteurs propagent volontiers le slogan Notre vent, notre énergie. Faut-il les croire? Le propriétaire qui était en réalité RES France (!) vient de changer.

Hanwha, dont le nom n’évoque ni les pâturages neuchâtelois ni la Romandie en général, est un conglomérat coréen qui vient d’acquérir les activités de RES en France. Par cette acquisition, ce groupe continue à accélérer son expansion dans le secteur européen des énergies renouvelables.